Trucs et astuces pour les animateurs

1. Vous êtes L’Animateur. Ceci n’est pas un fardeau; c’est une opportunité. C’est un service. C’est un honneur. C’est votre chance de guider la conversation continue qui a formé les genres littéraires depuis des décennies. C’est votre opportunité de demander des questions et d’obtenir des réponses.

2. Il y a plusieurs styles d’animation. Voici les deux types les plus populaires:

  • Animation classique: La façon la plus conventionnelle d’animer une table ronde. L’animateur se présente comme un témoin privilégié à la table ronde, un témoin qui guide la conversation plus qu’il n’y participe. C’est un style d’animation qui ne demande “que” quelques questions, une participation subtile et un flair ordinaire pour la conversation. Étant donné un nombre suffisant de participants intéressants, c’est difficile de louper ce type d’animation.
  • Animation active: C’est quand l’animateur devient aussi un participant dans la conversation. C’est un style qui demande plus d’efforts, puisque l’animateur doit limiter ses interventions au même titre qu’un autre participant. Pensez-y comme un ajout au travail habituel d’animation.

 

3. En tant qu’animateur, vous devez répondre à trois maîtres:

  • L’audience, qui veut assister à un panel intéressant.
  • Les participants, qui veulent faire bonne impression sur l’audience.
  • Le directeur de la programmation, qui veut que la table ronde se termine à l’heure. (Ce qui veut dire cinq minutes avant la finale annoncée de la table ronde: pas d’exceptions!)

 

4. Voici comment se préparer pour une table ronde:

  • Apprenez ce que vous pouvez sur le sujet. Peut-être êtes vous déjà un expert, mais une petite mise à jour ne peut pas faire de tort. Le plus vous en savez, le plus vous serez en mesure de poser des questions astucieuses.
  • Apprenez ce que vous pouvez sur les participants. Souvenez-vous pourquoi ils et elles sont là: Est-ce pour publiciser leur dernier livre? Pour se présenter à l’audience? Pour cabotiner un peu?
  • Préparez un plan de match: Prenez une feuille de papier et inscrivez-y l’heure, le titre, l’énoncé et le nom des participants à la table ronde. Écrivez-y des éléments intéressants de la bibliographie de vos participants. Ébauchez un mot d’ouverture et une conclusion piquante. Essayer de trouver une ou deux révélations à propos de votre sujet.
  • Essayez de rencontrer vos participants avant la table ronde. Donnez-leur un aperçu de vos questions pour leur permettre de préparer des réponses à demi-astucieuses. Donnez leur une idée générale de la structure que vous comptez donner à la table ronde.
  • Soyez là à l’heure. Personne ne se soucie de vos excuses parce que personne n’aime un animateur en retard. Soyez tout simplement là à temps.

 

5. Voici quoi amener:

  • Votre plan de match. Si vous n’en avez pas un, amenez une feuille de papier quand même.
  • Un stylo. Essentiel pour prendre les notes, commentaires et prochaines question qui vous viendront en tête durant la table ronde.
  • Une montre. Souvenez-vous: La table ronde se termine à temps, cinq minutes à l’avance.

 

6. Voici comment structurer une table ronde en quatre phases:

  • Introduction: Cette étape consiste à rendre les participants et l’audience confortables avec le sujet discutée. Introduire, voire expliquer le sujet est une bonne idée. Présenter les participants est essentiel: si vous avez préparé des biographies, utilisez-les. C’est généralement une convention acceptée de laisser les participants se présenter grâce à une question courte et intéressante. L’introduction ne devrait pas prendre plus que les premières cinq minutes de la table ronde.
  • Développement: Une fois le sujet présenté, il est temps de déballer les questions et laisser les participants démontrer de quoi ils sont capables. Cette étape est souvent la plus facile de la table ronde, alors que la discussion vole d’un sujet à l’autre. Deux défis se présentent à vous durant cette phase: Premièrement, vous devriez tenter d’inclure tous les participants dans la discussion. Deuxièmement, vous devez aplanir les transitions d’un thème à l’autre.
  • Discussion: Avec vingt minutes restant à l’horaire, il est temps d’aller solliciter votre audience pour questions et commentaires. Comme animateur, votre première priorité est d’apercevoir les mains tendues et de les reconnaître. S’il y a plusieurs mains, essayez de les enfiler de façon à ce que les personnes voulant intervenir sachent qu’ils ont été remarqués. (Vous pouvez reconnaître la première question verbalement, puis hocher la tête aux deux suivantes puis continuer ainsi.) N’ayez pas peur d’énoncer clairement “nous avons le temps pour deux dernières question” lorsque le temps commence à s’épuiser. Reconnaissez la possibilité de continuer la discussion dans les corridors après la table ronde.
  • Conclusion: Une fois parvenus aux dernières cinq minutes de la table ronde (rappel; ceci devrait être dix minutes avant la fin annoncée du panel), il est temps de tout terminer. N’ayez pas peur de conclure si vous (ou vos participants) récoltez une éruption de rires dans l’auditoire: vous serez incapable de faire mieux. Une bonne façon de conclure est de poser une dernière question à tous les participants de façon à résumer la discussion ou entrevoir la “prochaine étape” du sujet. Une fois terminé le tour des panélistes, vous pouvez conclure avec une observation piquante et des remerciements à l’auditoire.

7. Aucun plan de match ne survit son contact avec le véritable panel. Une fois la conversation amorcée, vous allez constater que les participants vont sauter d’un sujet à l’autre, ignorer certains thèmes et ouvrir de nouvelles avenues de discussion. Sans pour autant jeter votre guide aux ordures (il devrait tout de même s’y trouver deux ou trois questions intéressantes), n’en soyez pas l’esclave.

8. Souvenez-vous de la raison pourquoi les participants se trouvent sur votre table ronde. Gardez en tête qu’ils y sont surtout pour leur propre autopromotion (ce qui pourrait aussi être votre cas.) Flattez-les. Demandez-leur des questions intelligentes sur leur dernier livre, celui qui est en vente dans la salle des marchands. Laissez-leur la chance de démontrer pourquoi ils sont des être humains exceptionnels et pourquoi tous devraient se ruer vers leurs livres. Ils sont les vedettes de la table ronde: pas vous!

9. Voici quelques habiletés utiles à développer en tant qu’animateur:

  • Savoir projeter l’image d’un animateur: Le style humble et misérable est amusant si vous êtres Woody Allen, mais peu de gens sont Woody Allen. Ceci est votre table ronde et vous en être L’Animateur, damnède. Agissez comme tel.
  • L’habileté d’autocensurer des commentaires stupides: Soyez astucieux, mais pas trop astucieux. Soyez amusant, mais ne tentez pas une audition pour le festival Juste Pour Rire. Le plus vous tentez, le plus de chances que vous avez de faillir à la tâche. Vous devez modérer la discussion, alors soyez modérés en toutes choses.
  • L’habileté de retenir une heure de discussion dans votre tête: La table ronde est une unité d’information discrète à propos d’un sujet spécifique et votre audience sera probablement avec vous pendant tout la durée de l’événement. Tentez donc d’établir des liens entre ceci et cela, quelque chose dit au début de la discussion et une question tardive. Évidemment, vous ne pouvez pas vous souvenir exactement de soixante minutes de discussion… donc amenez un stylo avec vous et écrivez sur la feuille de papier que vous avez amené avec vous.
  • Comment être provocateur sans pour autant être désagréable: C’est bien de jouer l’avocat du diable. C’est moins bien de vous faire détester de toute l’audience et vous assurer que les participants ne vous parlerons plus jamais.
  • Un instinct pour le flot de la conversation: Quand est-il le plus approprié de changer de sujet? Quand faut-il aller piger des questions dans l’audience? Comment reconnaître quelqu’un qui brûle d’envie de dire quelque chose? Les fondations de cette habileté peuvent être énoncés en quelques minutes, mais elles prendront des années à maîtriser, jeune padawan.