Congrès 2006: L.A.Con IV

Congrès 2006: L.A.Con IV

(Les billets suivants ont originalement été publiés sur fractale-framboise.com en août 2006)

Prologue: Un homme avec une mission

Voici un aperçu chronologique de ce que j’ai fait hier,‭ le ‬22‭ ‬août‭ ‬2006.‭ ‬Rien de bien spectaculaire,‭ ‬rassurez-vous:‭ ‬seulement un voyage dans le temps et l’espace,‭ ‬pour voir le film le plus sensationnel de tous les temps.

4:00‭ ‬-‭ ‬40‭ ‬kilomètres à l’est d’Ottawa‭ ‬-‭ ‬Je me réveille deux heures plus tôt que d’habitude avec une envie irrésistible:‭ ‬aller voir Snakes on a Plane,‭ ‬le film le plus important de notre époque.‭ ‬Mais un tel film ne peut être vu au cinéma près de chez-soi.‭ ‬Non:‭ ‬pour cette oeuvre emblématique de tout un type de démarche artistique,‭ ‬il faut trouver un endroit approprié.‭ ‬Le soleil se faisant toujours attendre,‭ ‬la réponse se définit peu à peu dans mon esprit:‭ ‬Il faut aller voir Snakes on a Plane au cinéma le plus connu de la planète,‭ ‬celui qui a présenté le plus d’avant premières Hollywoodiennes que n’importe que autre endroit:‭ ‬le Grauman’s Chinese Theater sur Hollywood Boulevard,‭ ‬à Los Angeles.‭ ‬J’ai une mission,‭ ‬et rien ne saura me distraire avant d’accomplir cet objectif.

4:40‭ ‬-‭ ‬On sonne à ma porte:‭ ‬Il s’agit de ma soeur et de mon frère,‭ ‬passant tout à fait par hasard chez-moi pour voir s’ils pouvaient m’amener en quelque part.‭ ‬Sautons dans la voiture,‭ ‬leur dis-je,‭ ‬et amenez-moi à l’aéroport Trudeau‭! ‬Ils s’exécutent de bonne grâce:‭ ‬nous parvenons à Montréal alors que le soleil se lève au dessus de l’autoroute‭ ‬20.

Photo: Soleil se levant sur l\'autoroute 20
Bonjour Soleil!

6:45‭ – ‬Montréal,‭ ‬QC‭ – ‬Le premier vol pour Los Angeles est sur Air Canada,‭ ‬ce grand symbole d’unité canadienne.‭ (‬Riche ou pauvre,‭ ‬anglo ou franco,‭ ‬tout le monde aime se plaindre d’Air Canada.‭) ‬Donnez moi un billet‭, d‬is-je et assurez-vous qu’il n’y a aucun serpent dans l’avion‭! ‬Ils prennent mon argent avec efficacité et je bondit vers la station des douanes américaines…

8:10‭ – ‬…pour subir presqu’une heure de file d’attente avant de passer devant un douanier,‭ qui accueille avec impassivité ‬mon plan grandiose d’aller renforcer l’hégémonie culturelle américaine.‭ ‬On me demand eensuite d’enlever mon manteau,‭ ‬mon sac à dos et mes chaussures,‭ ‬ce qui est d’autant plus raisonnable que des serpents auraient pu s’y introduire à mon insu.‭ Via‬ la télévision de l’aire d’attente pour le vol,‭ ‬nous entendons‭ ‬Les passagers des lignes aériennes demeurent nerveux après les récentes menaces de terrorisme‭‬,‭ ‬comme s’il s’agissait d’un réplique de fond des cinq premières minutes d’un film d’action.

9:10‭ – ‬Au dessus de Montréal,‭ ‬QC‭ – ‬Les choses sérieuses commencent:‭ ‬Notre avion a décollé,‭ ‬et je suis aux aguets pour de quelconques sifflements perfides.

Entre‭ ‬10:30‭ ‬et‭ ‬13:30‭ – ‬Quelque part au-dessus des États-Unis‭ – ‬Voyage dans le temps‭! ‬Il était‭ ‬13:30,‭ ‬il est maintenant‭ ‬10:30.‭ ‬Je me sens tout drôle,‭ ‬mais c’est peut-être à cause de la nourriture.‭ ‬Ou bien parce que l’on nous montre le premier court-métrage de Wallace et Gromit. Toujours aucun signe de serpents.

Photo: Aucun serpent sur cet avion
Ah non: fausse alerte.

12:00‭ – ‬Los Angeles,‭ ‬Californie‭ ‬-‭ ‬Nous atterrissons à Los Angeles sans l’ombre d’un problème ni d’un reptile.‭ ‬Je touche au but‭! ‬Au diable les taxis:‭ ‬je saute dans la première navette qui se montre à nous…

Photo: Aeroport LAX
Bienvenue à l’aéroport LAX

13:30‭ – ‬Anaheim,‭ ‬Californie‭ ‬-‭ ‬…pour me retrouver à Disneyland‭? ‬Quoi‭? ‬Mais non,‭ ‬ce n’est pas Rats in a Park que je suis venu voir‭! ‬Je me prends une chambre d’hôtel à l’hôtel le plus rapproché,‭ ‬puis je me précipite à l’arrêt d’autobus pour prendre le‭ ‬460,‭ ‬direction centre-ville de Los Angeles.

16:00‭ – ‬Centre-ville,‭ ‬Los Angeles,‭ ‬Californie‭ – ‬Décidément,‭ ‬les transport en commun en mettent du temps pour franchir‭ ‬40‭ ‬kilomètres.‭ ‬Et il est reste encore dix à franchir avant de parvenir au Graumann’s Chinese Theater.‭ ‬Tant pis:‭ ‬Je m’enfonce profondément sous terre pour me retrouver dans le système de métro de Los Angeles.‭ ‬La ligne rouge va à North Hollywood:‭ ‬ça me semble tout à fait approprié.

Photo: Station de metro
Se rendre à Hollywood n’a jamais été aussi facile

16:30‭ – ‬Boulevard Hollywood,‭ ‬Los Angeles,‭ ‬Californie‭ – ‬Ha‭! ‬Voici le cinéma,‭ ‬et il ne me reste que dix minutes avant la prochaine représentation.‭ Mais où est le box-office?

Photo: exterieur du Chinese Theater
Qu’est-ce qui nous attend à l’intérieur?

16:40 – J’achète mon billet et on me souhaite la bienvenue au célèbre Graumann’s Chinese Theater.

Photo: L\'intérieur du Chinese Theater
Avec 2,200 places, il y a encore de la place pour tous vos amis

16:50-18:00‭ – ‬Nirvana‭ – ‬Que dire de plus sur ce nanar abouti qu’est Snakes on a Plane‭? ‬Perfection,‭ ‬pure perfection.‭

Photo: Auteur et poster et theatre chinois
Un homme satisfait: Mission accomplie.

21:30‭ – Anaheim, Californie – ‬De retour à l’hôtel,‭ ‬un panneau m’interpelle:‭ ‬World Science Fiction Convention.‭ ‬Ça alors‭! ‬Je me retrouve à Anaheim en même temps que la Worldcon‭! Quelle‬ coïncidence‭! ‬Tant qu’à être ici,‭ ‬pourquoi ne pas passer les quelques prochains jours à la convention‭?

Plus de détails au prochain épisode…

 

Première jounée

Quelques photos pour résumer la première journée de Worldcon 2006…

Photo: Anaheim Convention Center
La section du Anaheim Convention Center où se déroule L.A.Con IV. Pas mal, non?

L.A.Con IV a lieu a quelques centaines de mètres au sud de Disneyland, à Anaheim en Californie (un ville à quarante kilomètres au sud-ouest du centre-ville de Los Angeles). Worldcon prends à peu près le tier du gigantesque Anaheim Convention Center, qui accueille (en même temps!) le “South California Home and Garden Show” dans ce qu’il reste de l’édifice.

Phot: Enregistrement
L’enregistrement des congressistes, vu sous une perspective légèrement différente.

L’enregistrement a lieu de façon rapide et ordonnée. Je ne suis pas particulièrement épris de la badge trop légère et virevoltante que l’on nous a fourni, mais à quoi bon se plaindre à ce moment-ci?

Photo: Foule a l\'entree
Les congressistes commencent à arriver…

Ceci étant la première journée, il n’y a ni les grandes foules ni les super-vedettes que l’on peut espérer plus tard durant le congrès. Mais il y a les sous-fandoms habituels…

Photo: Un trekker
Yaaay! Aperçu d’un premier Trekker!

L’ouverture du congrès s’est fait à 13h30.

Photo: Foule attendant la ceremonie d\'ouverture
La foule attendant les cérémonies d’ouverture

Les cérémonies d’ouverture n’ont pas été un moment fort de la journée (disons que les fans ne sont pas sélectionnés pour leurs prouesses oratoires).

En revanche, le tout s’est grandement amélioré dès que l’on nous a permi l’accès à la “concourse”, le mélange d’expositions, de kiosques et de bidules amusant composant l’aire commune de la convention.

Photo: Quelques personnages exhibes
Quelques personnages accueillant les visiteurs à l’aire commune de la convention

Photo: Rene Walling au kiosque d\'Anticipation
Je ne suis pas le seul canadien-français sur place: René Walling au kiosque d’Anticipation (Montréal 2009)

Photo: Le mur du fandom
Une bonne idée: un “mur du fandom” où les congressistes peuvent signer à l’année où ils sont devenus des fans.

Tout cela, bien sûr, est sans compter les multitudes de tables-rondes offertes. Au programme de ma journée: une table ronde sur la critique, une autre sur la “necessité” de conserver des choses telles la mascarade, les films, le filking à des conventions (une discussion qui a vite dévié sur l’aspect tout-inclusif de la Worldcon, et des buts d’un événement tel la Worldcon.)

Photo: Panel sur les tendances en SF
Table ronde sur “Future Trends in Science Fiction”: Mark von Schlegell, John-Henri Holmberg, James Patrick Kelly (M), Lou Anders et Gary K. Wolfe

J’ai particulièrement apprécié la table ronde sur les tendances actuelles en SF, pas autant pour la discussion que pour le fait qu’il s’agissait d’une excellente occasion de voir à l’oeuvre Lou Anders, une des nouvelles personalitées dominantes de la SF, ainsi que Gary K. Wolfe, critique emeritus à Locus.

Autre moment fort de la journée: Rencontrer David Marusek (auteur du bien bon roman Counting Heads) tout à fait accidentellement en tournant un coin. (Worldcon est un des seuls endroits où il est utile de se souvenir de la photo d’un auteur) Ce qui est d’autant plus incroyable, c’est que l’on ne l’a pas inscrit au programme en tant que participant (même pas de séance de signature, ou de kaffeklatsch), et ce malgré sa bonne volonté et des bonnes réactions à son premier roman. Cré programmation de Worldcon…

Et tout cela ne fait que commencer…

 

 

 

Deuxième journée

Au programme de cette deuxième journée: tables rondes, discours d’honneur et des photos pour vous faire plaisir.

Photo: Annonce du congres
L’ACC dit « Bonjour! »

Il y avait définitivement plus de monde aujourd’hui, alors que plus de congressistes arrivent sur les lieux et les vedettes commencent tranquillement à être mis au programme.

Photo: Aire de restauration
Unis sous le signe de l’OVNI

J’ai déjà mentionné la concourse, cette aire commune qui sert à abriter les expositions faniques, la salle de vente, l’aire de restauration et les excuses pour photos. Voici donc quelques unes de ces photos.

Photo: Batmobile
Bam! Pow! Une re-création de la batmobile ($10 US pour une photo de vous au volant)

Photo: DeLorean
Pour ceux qui voudraient tout voir d’un congrès: Une recréation de la DeLorean de “Back to the Future” ($5 pour une photo de vous au volant)

Photo: Pont de l\'Enterprise
Recréation du pont de l’Enterprise original: $10-25 US pour une photo de vous, en costume, sur le pont en compagnie des mannequins de cire. Si ce n’est pas assez débile pour vous, dites-vous que j’ai vu quelqu’un payer pour qu’on prenne une photo de son chien, en costume, sur ce pont.

Photo: Mars Rover
Du frivole au sérieux: modèle pleine-grandeur du Mars Rover présentement sur Mars.

Et il y a les grands classiques:

Photo: Depliants a donner
Freebies! D’innombrables feuillets à ramener à la maison.

Photo: Salle de vente
Un tout petit aperçu de la salle de vente.

Photo: Quelques congressistes en costumes
Durant un moment calme de la convention, quelques costumes.

En matière de tables rondes, il y en a pour tous les goûts. Vous ne serez pas surpris d’apprendre que j’ai tendance à m’intéresser à la programmation portant spécifiquement sur les sous-genres de la SF:

Photo: Panel sur la mort du cyberpunk
John Barnes, Elisabeth Bear, Takayuki Tatsumi et Mark von Schlegell discutent de la mort du Cyberpunk, et ce sans lunettes de soleil.

Panel: Renaissance du space opera
Tout un panel au sujet de la renaissance du space opera: Mike Shepherd Moscoe, Gardner Dozois, Wil McCarthy, David Hartwell, Charles N. Brown, Alastair Reynolds et Toni Weisskopf.

Mais il y a des exceptions, et je ne résiste pas mieux que les autres à l’attrait de la célébrité. Si Marina Sirtis (“Troi”, Star Trek TNG) était sur place, j’ai préféré aller assister à une présentation du “Political Animal” Kevin Drum.

Photo: Kevin Drum
Une vedette pour 50,000 lecteurs quotidiens: le bloggueur Kevin Drum hausse les épaules devant les failles de la blogosphere.

La soirée était réservée à quelques présentations spéciales et les discours des invités d’honneur.

Photo: Mike Resnick
Le tout était animé de manière efficace et amusante par Mike Resnick.

Photo: Remise du prix Heinlein
Les Heinlein Awards 2006 ont été remis par Larry Niven et Jerry Pournelle à Jack Williamson et (ci-montré) Greg Bear.

Photo: James Gurney
L’artiste invité d’honneur James Gurney a donné un aperçu de son prochain livre dans la série Dinotopia.

Photo: Connie Willis
Mais c’est Connie Willis qui a superbement terminé la soirée avec un discours à la fois drôle, touchant et inspirant sur l’importance des livres dans sa vie.

Deux jours de terminé: il en reste encore trois!

 

Troisième journée

En retard, mais bon –voici une courte description du vendredi 25 août 2006 à L.A.Con IV.

(Pourquoi le retard? Dans l’ordre : Manque de temps à L.A.Con, tourisme à Los Angeles, voyage transcontinental et rhume importé de Californie.)

Worldcon dure habituellement du jeudi au lundi, mais L.A.Con a décidé de faire exception en avançant tout d’un jour. La troisième journée du « samedi » est donc devenue un vendredi et le rythme de la convention a continué de s’accélérer. Assortiment continu de tables rondes, célébrités grandissantes et diversions faniques sont au goût du jour.

Photo: Foule matinale
Une fraction de la foule attendant l’ouverture des activités à 10h00.


Mon premier panel de la journée a été relui des recommandations : Cinq critiques/éditeurs bien connus, tous bien fournis en services de presse, nous ont livré une liste assez complète de ce qu’ils recommandent pour les prochains six mois. Plutôt que de tenter de me casser la tête à déchiffrer ma liste de notes, laissez-moi vous diriger vers le billet de Mark R. Kelly à ce sujet. Je ne connais pas la moitié des titres mentionnés, mais je peux vous dire que l’autre moitié est effectivement très bien choisie.

Photo: Table ronde recommandations
Gary K. Wolfe, Ellen Datlow (obscurcie), Jonathan Strahan, Charles N. Brown (obscurci) et Paula Guran nous disent ce qui sera hot-hot-hot.

Mais pourquoi faire confiance à des critiques impartiaux quand on peut simplement gober la pub des éditeurs eux-mêmes? C’est pour cette raison que je me suis présenté à la présentation des nouveaux livres de la maison Pyr, un éditeur maintenant appuyé par une solide brochette d’auteurs (Mike Resnick, Ian McDonald) et d’artistes (John Picacio, Dave Seeley) J’ai, à nouveau, été particulièrement impressionné par l’habileté de Lou Anders (l’éditeur en chef de la collection) à résumer l’essence de ses livres en quelques phrases frappantes. « Un livre Baen épuré à travers un club S&M! » (La trilogie Structure, Martin Sheckley)) « Doom plus le Wall Street Journal! » (Infoquake, David Louis Edelman), « Des jésuites qui se battent dans une église, du tir à l’arc quantique et du fétichisme de super-héros » (Brasyl, Ian McDonald). J’ai profité du temps libre après la présentation pour aller serrer la main à John Picacio (pour le design de son propre Cover Art) et Ian McDonald (pour River of Gods), et plus de faire la rencontre de Joel Sheperd, auteur de Crossover.

Photo: Panel - Presentation Pyr
« Achetez nos livres! » Oh, ok.

Une autre bonne table ronde de la journée : « Gouvernement Mondial » avec les formidables intellects réunis de John Barnes, John Shirley, Karl Schroeder, Tad Daley et Brenda Cooper. Barnes et Schoeder, travaillant chacun de leur côté, ont donné un aperçu intéressant d’un trans-nationalisme rendu envisageable par les besoins grandissants des villes hybrides telles San Diego/Tijuana, ou bien Vancouver/Seattle. Bien que pas nécessairement sur la SF, ce type de discussion futuriste souvent abordé à Worldcon est inspiré par la SF et, souvent, mène à des pointes d’inspiration pour les auteurs derrière la table ou dans l’audience.

Au cours de la journée, je n’ai pas pu résister à l’envie de faire un autre passage à la concourse…

Photo: T-800 et Jessica Rabbit
Allez, un autre regard sur le T-800 et Jessica Rabbit…

Photo: Apercu de la gallerie artistique
Aperçu de la galerie artistique de L.A.Con IV, qui a curieusement décidé de ne pas bloquer la vue de l’exposition par des rideaux surélevés.

Photo: Costumes
Quelques costumes Trek en montre.

Photo: Voodoo Board
Le vénérable « Voodoo Board », qui sert toujours très bien d’instrument de contact entre fans en cette ère de téléphone cellulaire.

Photo: Automobile Mad Max
Recréation de l’automobile de Mad Max. Rassurez-vous : C’est une figurine de carton (debout) et un mannequin (écrasé).

Mais la concourse n’avait pas le monopole des choses à voir. En forçant des yeux, on pouvait voir des petits bonhommes verts flotter par-dessus nos têtes…

Photo: Extraterrestre ballon
Des formes de vie à base d’hélium et de latex.

…sans compter les célébrités grandissantes. Typiquement aux conventions sud-californienne, L.A.Con IV a pu profiter d’un panel des « Killer Bs » (Benford, Brin et Bear), auquel s’est exceptionnellement ajouté Vernor Vinge. Tous quatre ont remplis une salle à discuter des « menaces que l’on ne voit pas venir. » Ce qui est d’autant plus fascinant, c’est que ces quatre écrivains agissent occasionnellement comment consultants pour le gouvernement et des corporations américaines : ils en savent un peu plus que le badaud ordinaire sur la question, au point de se taire sur certains sujets. Brin à lui seul peut sans doute parler des heures sur n’importe quel sujet : imaginez la joie intellectuelle de voir ces quatre écrivains se démener avec un sujet aussi intéressant.

Photo: Table ronde - Bear, Brin, Benford et Vinge
Bear, Brin, Benford et Vinge, ce dernier « en probation, parce que sans barbe »

Si j’ai dit que cette table ronde était bondée, ce n’était rien comparé à un autre événement, la table ronde sur « Les femmes de Star Trek » (avec, évidemment, quatre femmes ayant joué des rôles dans Star Trek). Voici ce que j’ai vu à mon arrivée un peu tardive :

Photo: Table ronde - Femmes de Star Trek

Nul besoin de dire que je n’ai pas tenté d’aller plus loin. Les photos de Marina Sirtis devront donc attendre une autre convention… Mais si c’est la célébrité qui vous amenait à L.A.Con IV, il y avait des alternatives bien accessibles.

Photo: Walter Koenig
Walter Koenig! Checkov et Bester en un seul corps!

Un autre effet du « décalage horaire » de L.A.Con IV comparé aux autres Worldcons a été de bouger la mascarade du dimanche au vendredi. En soirée, des centaines de fans se sont donc dirigés à l’amphithéâtre du centre des conventions pour assister à l’événement. Je fus l’un d’eux, brièvement : cinq minutes après être entré dans l’amphithéâtre, je me suis rappelé pourquoi les mascarades me laissent tout à fait indifférents et j’ai préféré quitter pour aller donner un coup de main à l’équipe d’Anticipation 2009 pour leur party événement promotionnel. Les deux heures de la mascarade n’ont pas été de trop pour tout préparer, parce que les fans ont commencé à déferler dès l’ouverture des portes à 10h00. Il faut dire que ce n’est pas le choix d’alcool de divertissement qui manquait au Hilton  :

Photo: Affiches pour partys
Tant de partys, tant de possibilités…

C’est durant la soirée qu’une des grande nouvelles de la convention s’est graduellement communiquée de bouche à oreille : Dans une des victoires les plus serrés de l’histoire des Worldcon (12 votes sur un total de plus de 1,300), c’est Denver qui a triomphé sur le grand favori Chicago pour l’honneur d’accueillir Denvention 3 : Worldcon 2008. Plusieurs fans de Chicago étaient, assez raisonnablement, surpris et déçus de ce résultat.

La soirée fut longue. Le matin fut hâtif. Mais cela est une autre journée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *